Comment diagnostiquer une dyspraxie

La dyspraxie est un dysfonctionnement de la motricité qui affecte la coordination des mouvements volontaires d’une personne. Ce mal est causé par le trouble d’une partie du cerveau. C’est cette partie qui planifie et exécute les mouvements liés aux gestes de la personne. Le patient aura de sérieuses difficultés à effectuer les mouvements basiques et pour effectuer un simple geste, il réfléchira longtemps avant de le faire. Si elle n’est pas diagnostiquée à temps, la dyspraxie peut être très frustrante. Sa forme chronique provoque du stress, de la colère et de l’incompréhension. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de diagnostiquer la maladie à temps pour que le traitement soit plus efficace.

Comment soigner la dyspraxie ?

Pour diagnostiquer la dyspraxie, plusieurs examens médicaux doivent être effectués. On doit nécessairement faire un bilan neuropsychologique pour s’assurer que le patient ne souffre pas d’un retard mental. Il faut aussi, faire un bilan en psychomotricité. Ce dernier bilan va relever les capacités en motricité globale du patient.

Après, on effectue un bilan en ergothérapie. Celui-ci ressort les capacités en motricité fine du patient. Il pourra aider à cibler les différentes difficultés du patient. Il permettra également de savoir à quelle échelle se trouvent les troubles. Le bilan en orthoptie permettra également de savoir les difficultés de balayage visuel du patient. Il faut noter qu’il existe un autre type de dyspraxie qui affecte la vision : on l’appelle dyspraxie visuo spatiale.

Qui pose le diagnostic de dyspraxie ?

Il est possible de poser un diagnostic précoce auprès de son médecin traitant. S’il s’agit d’un enfant, le diagnostic peut être réalisé par un pédiatre. Par ailleurs, dans certains cas particuliers, c’est le médecin scolaire qui détecte la maladie.

Comment soigner la dyspraxie ?

Après le diagnostic de la dyspraxie adulte, la prise en charge est faite immédiatement. Elle est souvent efficace et s’effectue à court terme, chaque cas étant particulier, la rééducation est adaptée en fonction des besoins et des lacunes du patient. Elle s’effectue par l’amélioration de l’organisation spatiale du malade. Elle consiste également en l’amélioration des concepts verbaux et l’enchaînement des gestes du malade.

S’il s’agit d’un enfant, son entourage l’aidera à contourner les situations qui sont difficiles pour lui. Ils vont également aplanir ses gestes au quotidien. Concernant la scolarité de l’enfant, s’il n’a pas subi un retard mental, on le maintient dans le système scolaire normal. Il est même possible qu’un éducateur spécialisé reste avec lui pour l’assister dans son apprentissage.

Qui diagnostique une dyspraxie ?

Pour diagnostiquer la dysphasie, on doit commencer par consulter un neurologue spécialiste. Le patient fera ensuite différents examens qui vont prouver réellement qu’il est atteint de dysphasie. Ainsi, une consultation doit être effectuée auprès d’un neurologue pour pouvoir effectuer le diagnostic de la maladie.

Dyspraxie verbale ou dysphasie

La dyspraxie, de manière générale, est l’incapacité de la planification et du contrôle des mouvements. Quant à la dyspraxie verbale, c’est un dysfonctionnement au niveau de la synchronisation des mouvements des articulateurs qui sont nécessaires à la formation de la parole : les lèvres, la langue, le palais et les mâchoires, etc.

La dyspraxie verbale est causée par un trouble neurologique qui touche beaucoup les garçons. Ce trouble est présent dès la naissance. Elle touche plus les enfants qui ont au moins un ascendant (le père ou la mère) dyspraxique. Dans ce cas, elle peut être considérée comme une maladie génétique.

La dyspraxie verbale peut se manifester après les dix premiers mois de la naissance. Elle peut être liée à des gestes normalement acquis comme la déglutition. Les enfants susceptibles d’être atteints d’une dyspraxie verbale peuvent avoir des difficultés à boire ou à avaler les aliments. Pour traiter la dyspraxie verbale, l’orthophoniste peut essayer de combiner différentes méthodes qui visent à améliorer l’articulation.

La dysphasie ou le trouble de développement du langage

La dysphasie peut être aussi le résultat d’un dysfonctionnement neurologique qui peut altérer le langage. Elle est causée par une défaillance du cerveau. Elle peut être aussi héréditaire. Elle se manifeste généralement par une difficulté de prononciation des mots ou des difficultés liées à l’expression. Elle se manifeste aussi par une difficulté d’assimiler certaines notions liées au temps et à l’espace. Les personnes qui souffrent de la dysphasie ont une mémoire moins développée. Pour traiter la dysphasie, il est nécessaire de procéder à une rééducation spécialisée. C’est le meilleur accompagnement pour les enfants dysphasiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *